Blog

L’avenue du Parc redessinée pour « casser » la vitesse

L’avenue du Parc est une artère qui voit passer des milliers de voitures par jour et qui mériterait bien un petit relifting. Non seulement esthétique. mais aussi pour sécuriser ce tronçon qui voit souvent des Fangio dévaler la pente à des vitesses bien au-delà de ce qui est autorisé.

Une route bien droite et assez large. l’endroit rêvé pour les automobilistes peu habitués au respect des vitesses autorisées par le code de la route. « Il fallait faire quelque chose pour sécuriser les lieux et de ce fait. réduire la vitesse sur ce tronçon » . souligne Marie-Hélène Vanelstraete. échevine des Travaux.

Le projet est en route et l’avenue du parc sera en travaux dans le courant du mois de mars. « Nous sommes prêts à démarrer. l’entrepreneurr pour la voirie est connu. il manque encore le feu vert d’Ipalle au sujet de l’entrepreneur choisit pour les travaux d’égouttage ». informe-t-elle. Ce tronçon fort fréquenté aux heures de pointes. mais aussi en dehors. va être redessiné complètement. Du moins pour ce qui concerne les trottoirs. les filets d’eau et le stationnement. La chaussée. on n’y touchera pas vraiment car elle est jugé suffisamment saine. « Nous allons donc nous occuper des abords et ainsi offrir des places de parking plus confortables. mais aussi sécuriser la zone réservée aux cyclistes ». assure l’échevine. « Les trottoirs seront démontés ainsi que les filets d’eau. Lors du chantier prévu pour le mois de mars. la circulation sera autorisée et se tiendra sur une bande. On se chargera d’un côté à la fois pour éviter de devoir fermer l’avenue du Parc ou tout le moins une partie et ainsi créer de gros embarras de circulation. »

Autre chantier à Herseaux où l’on va revoir entièrement les aménagements de la gare. « Il faut redorer un peu le blason de ce quartier ». lance Marie-Hélène Vanelstraete. « Le ministre a retenu notre dossier. on attend désormais l’arrêté de subvention. Ce chantier vise au développement et à la sécurisation des infrastructures de déplacements destinées aux usagers doux ». explique-t-elle. Le budget est estimé à 372.000 euros et serait subsidié dans la cadre des « crédits d’impulsion 2015 » à 68 %. « On espère pouvoir intervenir dans le courant du premier semestre de cette année. »

NORD ECLAIR - 15 janvier 2016


  • Retour